05 April, 2020

    Comment les libellules "prédisent l'avenir"

    Les gens rêvent de prédire l'avenir. Mais en fait, nous avons déjà cette capacité. Par exemple, nous pouvons dire avec certitude où la balle sera lancée ou nous pouvons frapper les touches avec un ami s'il lui demande de transférer. "So-so prédiction", dites-vous. Cela ne ressemble peut-être pas à l'illumination de Nostradamus, mais cela nous aide beaucoup dans la vie. Les libellules ont la même capacité de prédire quel chemin leur victime suivra. Compétence utile pour un insecte prédateur! Mais comment fait-elle?

    Neurone prédicteur

    Il s’agit du cerveau de la libellule. Comme les scientifiques l'ont découvert, il sait anticiper le mouvement des proies, permettant ainsi à la libellule de chasser plus efficacement. Auparavant, les chercheurs s'intéressaient davantage à la façon dont les mammifères s'acquittent de cette tâche, mais les insectes ont en réalité de quoi surprendre. De plus, les processus neuronaux qui se produisent dans le petit cerveau de libellule sont très pratiques pour transférer un objet technologique - par exemple, des drones ou des voitures à commande automatique, qui peuvent également prédire les mouvements d'un autre objet.

    Quels sont ces processus? Des neurones cérébraux spéciaux permettent à la libellule de se concentrer sur un petit objet se déplaçant sur un arrière-plan complexe, de la même manière que les athlètes peuvent suivre et attraper une balle, même si elle se déplace contre une foule immense. En d’autres termes, une libellule est capable de sélectionner une petite cible spécifique dans l’ensemble du volume d’informations visuelles et de prédire son mouvement, comme le fait une personne.

    Libellule va enseigner aux drones

    C'est là que réside la chose la plus intéressante pour les scientifiques. Bien que le cerveau des mammifères soit beaucoup plus complexe que celui des insectes, l'évolution leur a «appris» les mêmes outils de suivi des cibles. Les chercheurs ont même réussi à enregistrer les actions de ces neurones.

    Les neurones peuvent réduire et augmenter le signal électrique si nécessaire. Alors ils transmettent des informations. Lorsque la libellule "capture" l'objet, les neurones augmentent le signal dans une petite zone de "mise au point" juste devant l'endroit où se trouve la victime malheureuse. S'il disparaît du champ de vision, la focalisation change, permettant au cerveau de deviner où l'objet apparaîtra ensuite. Dragonfly tire de telles conclusions en se basant sur le chemin que l'insecte qui l'intéressait l'a déjà fait.

    La recherche aide à comprendre comment les neurones solitaires font des prédictions préliminaires basées sur l'expérience passée. Ces résultats seront d’une grande utilité pratique, en particulier dans le domaine du développement de systèmes de «vision» à intelligence artificielle, par exemple dans les voitures équipées d’un pilote automatique.

    Laissez Vos Commentaires