07 April, 2020

    Les biologistes de l'évolution ont découvert des parents inattendus parmi différentes espèces d'animaux

    L'évolution est l'un des principaux mystères de la Terre. Depuis l’époque de Darwin, les scientifiques ont du mal à résoudre le problème, essayant de déterminer comment les êtres vivants de la planète ont évolué, comment ils se sont trouvés et à quel moment des espèces d’animaux complètement différentes sont apparues dans une branche. Récemment, les biologistes de l'évolution ont compilé un arbre phylogénétique des vertébrés de la mâchoire, à partir duquel se trouve l'ensemble de données phylogénétiques moléculaires le plus vaste et le plus informatif jamais analysé par les scientifiques. Cette construction met en lumière certains secrets de l'évolution.

    Si différents parents

    Les vertébrés de la mâchoire sont des poissons, des amphibiens, des mammifères (y compris l'homme), des serpents, des tortues, des lézards, des crocodiles et des oiseaux. Il existe des milliers d'espèces de ces créatures, qui sont toutes très différentes les unes des autres et présentent d'énormes différences en termes de richesse en espèces, de cycle de vie, de comportement et de nombreux autres aspects de leur biologie. Cependant, ils ont tous une colonne vertébrale et une mâchoire, d'où leur nom.

    Depuis son origine, il y a environ 470 millions d'années, les vertébrés à mâchoire sont très divisés: ils comprennent plus de 68 000 espèces décrites, sans compter les espèces disparues. Certains d'entre eux ont développé des capacités qui leur ont permis de quitter l'eau et de conquérir la terre sur tous les continents au cours de la période dévonienne. Ils ont même appris à voler plus d'une fois.

    L'évolution des vertébrés de la mâchoire fait partie de l'histoire du développement humain. Par conséquent, la compréhension de la relation évolutive entre les vertébrés de la mâchoire reste l’un des principaux mystères non résolus en biologie. Par exemple, chez certaines espèces, même après la séparation, des mécanismes évolutifs similaires sont apparus (capacité à voler chez les oiseaux et les chauves-souris, écholocation chez les mêmes souris et baleines, etc.).

    Archéologie moléculaire

    La dernière étude reconstruit un nouvel arbre phylogénétique des vertébrés de la mâchoire, en utilisant un total de 7 189 gènes de 100 espèces, chacune possédant un million de nucléotides. On peut appeler cela "l'archéologie moléculaire": sur la base des traces laissées par l'évolution de notre ADN, les événements survenus il y a des millions d'années sont restaurés.

    Les résultats révèlent plusieurs relations de «parenté» entre différents types de vertébrés maxillaires, non prouvés depuis des décennies. Par exemple, les poissons à double respiration se sont avérés être les plus proches parents vivants des vertébrés terrestres.

    Elle a également révélé les relations étroites des tortues avec les crocodiles et les oiseaux (archosaurs), ainsi que les relations privilégiées entre groupes d'amphibiens (salamandres, grenouilles et amphibiens sans jambes).

    Certains résultats nous obligent à reconsidérer les hypothèses précédentes. Par exemple, on pensait auparavant que les deux principaux groupes d'oiseaux et de mammifères se sont séparés après l'extinction des dinosaures, il y a environ 67 millions d'années. Une nouvelle étude montre que les deux groupes sont en réalité beaucoup plus âgés.

    Les scientifiques sont convaincus qu’à l’avenir, cette méthode pourra également être utilisée pour rétablir les relations évolutives entre d’autres groupes d’organismes mystérieux, dont les secrets attendent encore des indices.

    Laissez Vos Commentaires